Merci aux  visiteurs qui ont fait progresser ce site
et qui l'ont fait connaître.



Je viens de finir le récit du triste sort de Monsieur Lépicié. Je savais votre imagination florissante et j'en ai la confirmation.
Comme je ne lis jamais la fin d'un livre avant de le commencer, je me suis laissé piéger et le suspense a été total avant que le nom de l'assassin me soit révélé. Et pour comble de bonheur, l'humour est toujours en filigrane. Merci !             JC Mouchès.

 
 
Roman Policier

192 pages

ISBN  978-2-9514886-6-3
Matin du mardi 17 juin 1964
 
 « Qui ça ?
— Lépissié.
— Le charcutier ?
— Oui.
— Il est mort ?
— Ouais !
— Mais tu l’as vu, toi ?
— Non, c’est le fils de Luce, celui qui est pompier qui m’en a parlé. Il a eu la gorge tranchée, de là, à là ! À croire que c’est un cochon qui a vengé ses frères. »
§
La discussion du casse-croûte matinal dans la salle du bistrot ne portait que sur cette terrifiante nouvelle. On venait de retrouver monsieur Lépissié, un commerçant de caractère plutôt bougon, égorgé dans son fourgon garé dans l’allée qui mène au garage situé au fond de son jardin. C’est cela que Victor, le cantonnier, tentait d’expliquer à “Tourmalet”, son compagnon du moment, en déplaçant son pouce sur sa gorge, de là, à là !
 
« Le fils de Luce ?
— Mais non ! C’est le charcutier qui est mort !
— Oui, j’avais compris. Mais je ne savais pas que le fils de Luce était pompier.
— Ça ne fait rien, Tourmalet, ça ne m’empêchera pas de respirer.
— Qu’est-ce qui ne t’empêchera pas de respirer, que Lépissié soit mort ?
— Non, que tu ne saches pas que le fils de Luce était pompier. Tè ! Regarde la “403” arrive.
— La quoi ?
— La “403” de la gendarmerie.
— Ils n’ont plus la “Juva 4” ?
— Il y a un moment qu’elle est arrivée la “Juva 4”, mais là, c’est le chef qui se rend sur les lieux du crime, comme au cinéma. Tu vas voir que tout le monde va accuser les conscrits ! Remarque, ça ne m’étonnerait pas qu’il s’en soit trouvé un qui aura eu assez de gnaque pour venir tabasser l’autre salopard. Note bien, ce n’est pas moi qui vais le regretter.
— Pourquoi tu dis que c’est un salopard ?
— Je n’ai jamais pu le blairer ce bonhomme. C’est viscéral, et je ne suis pas le seul.
— Et pourquoi tu penses que ça pourrait être les conscrits ?
— Bè… parce que cette nuit, ils étaient tous dehors pardi !
— Mais, ils n’ont pas pu tuer Lépissié, les conscrits ?
— Et pourquoi ?
— Ils étaient en ville, pour voir les filles. Je les ai vus partir, enfin, j’ai vu partir le bus.
— Et tu crois qu’ils y sont restés toute la nuit, au bordel ? Ils n’en ont pas les moyens voyons…
— Ils sont jeunes pourtant !
— Les moyens financiers, je veux dire. Dis, Tourmalet, poursuivit Victor à l’adresse de son compagnon de comptoir, si tu veux un conseil d’ami, arrête de réfléchir autant de bon matin. Tu risques de te claquer les muscles du cerveau ou de te faire une entorse de la clavicule cérébrale.
— Tu crois ?
— Et je ne te parle pas de la déchirure des neurones !
— Déchirure des quoi ?
— De ton neurone ! »

 



Créer un site
Créer un site